Le jeûne : processus et bienfaits

Le jeûne que je viens d’expérimenter est de type « Buchinger » (je vous laisse regarder sur internet si vous voulez en savoir plus sur son origine).
Cela veut dire que nous avions droit à deux jus de légumes par jour et à un bouillon le soir.
(C’était un élément rassurant pour moi !)

Pour se préparer, nous avions pour instruction de faire une descente alimentaire la semaine précédente, c’est-à-dire supprimer alcool, café, tous les sucres rapides et produits animaux puis les céréales, pour finir la semaine avec uniquement des légumes et des fruits.
Pour le dernier jour avant le jeûne : que des fruits.

Le jeûne se déroulait ensuite pendant 5 jours.

La reprise alimentaire était, elle aussi  progressive sur une semaine, a l’image de la descente alimentaire dans l’autre sens en ce qui concerne la réintégration des aliments.
Et en essayant bien sûr de ne pas reprendre les mêmes mauvaises habitudes !!

Ayez bien à l’esprit que quel que soit le jeûne que vous choisirez, il est important de respecter la descente et la remontée alimentaire.
Vous laissez ainsi votre corps s’acclimater doucement. Et vous avec !!
Vous allez ainsi éviter des désagréments.

le jeûne

Que se passe t-il dans votre corps quand vous jeûnez ?

Lorsque vous arrêtez de manger, le corps se trouve assez rapidement à cours de carburant et doit aller chercher l’énergie ailleurs que dans les aliments que vous ingérez habituellement.
Il enclenche un processus d’adaptation et va puiser dans les réserves.

Il commence par aller chercher dans les protéines des muscles mais très vite, le tissu graisseux de votre organisme libère des graisses (acides gras).
Ces graisses sont transformées en corps cétoniques dans le foie.
L’organisme trouve là une nourriture qui lui convient.   

Avec ces corps cétoniques le niveau de l’acidité dans votre corps augmente.
Conjugués à la libération des toxines dans le corps par le processus du jeûne, il y a une forte probabilité pour que vous ressentiez quelques effets secondaires !!

Voici quelques « malaises » qui peuvent se présenter :
Fatigue, accélération cardiaque, frilosité, maux de tête, nausée (et possibles vomissement), sueurs importantes, maux d’estomac et digestifs, mauvaise haleine, douleurs articulaires, éruptions cutanée …

Chacun va avoir ses réactions et cela dépend aussi du degré d’intoxication de votre corps.
Il s’agit de manifestations d’élimination et c’est sain ! 
Votre corps fait le ménage et se débarrasse de ce qui l’encombre. 

Pour ma part, j’ai eu le droit à quelques maux de tête au départ mais cela n’a pas duré.


Puis la crise d’acidose s’est manifestée par de la fatigue importante mais surtout une transpiration intense. 
Cela ressemblait au départ aux bouffées de chaleur de la ménopause et progressivement j’ai plutôt eu l’impression d’une forte fièvre avec incapacité de me lever (un peu comme une grippe).
Je dégoulinais !!!

transpiration excessive

Cela n’a duré qu’une demi-journée.
J’ai également eu des accélérations cardiaques régulièrement pendant le reste du jeûne.
J’ai eu deux crises de larmes aussi.

En moyenne, les participants ont vécu des symptômes plus ou moins désagréables pendant une journée, chacun à son rythme.
C’est le prix pour tous nos excès ! Finalement pas grand-chose…

Nous faisions un tour de table chaque jour et cela nous permettait à la fois de comparer et de se rassurer en se rendant compte que nous étions tous logés à la même enseigne…
Cela nous permettait aussi de nous sentir soutenus et encouragés.

Pourquoi jeûner ?

1/3 de notre énergie quotidienne est utilisée par le métabolisme de base du corps pour assurer la température, la circulation du sang, la respiration…

1/3 de notre énergie est occupée à nos activités physiques et mentales

1/3 de notre énergie est consacrée à l’assimilation de la nourriture !!!

En jeûnant, nous libérons tout simplement une grande quantité d’énergie pour permettre au corps de faire son ménage et de s’auto réparer.
Il sait le faire, il tente de le faire mais nous ne lui laissons majoritairement pas le temps pour cela.

On retrouve le jeûne comme pratique de santé dans toutes les traditions dans le monde mais nous avons perdu cette bonne habitude.

Je pourrais vous lister les indications du jeûne mais en réalité, Il suffit de vouloir le mieux-être de son corps ET de son mental pour avoir une bonne raison de jeûner.
En surpoids ou pas, malade ou pas, stressé ou pas, souffrant d’addictions ou pas… peu importe.
Cela vous sera forcément bénéfique.
Il y a quelques contre-indications mais elles sont rares.
(Renseignez-vous au préalable si vous souffrez d’une pathologie particulière.)

En réalité vous serrez même peut être surpris de découvrir ensuite les bienfaits inattendus que cela aura généré.
Cela a été mon cas.
J’ai jeûné pour des problèmes digestifs et en final, il y a plein d’autres choses qui ont bougé !!!

être en pleine forme

La première chose majeure personnellement est le fait d’avoir pu me prouver que je pouvais le faire facilement, sans problèmes et sans risques.
Cela a une incidence sur la confiance en moi, sur la connaissance de mes capacités, de mes peurs.
J’en garde une impression d’avoir grandi !

Physiquement, pendant le jeûne j’ai très mal dormi (à cause de l’adrénaline qui est secrété par le corps et c’est normal)  mais de retour à la maison, j’ai retrouvé un sommeil réparateur que je ne connaissais plus depuis longtemps.
J’ai également retrouvé une pèche impressionnante  et une motivation (que j’avais perdue) pour différentes activités.
Un vrai coup de boost avec un cerveau qui fonctionne beaucoup mieux.

Le digestif, lui, va beaucoup mieux même si les désagréments reviennent régulièrement (je vais donc devoir y revenir!).

Sinon,  tout le monde a perdu entre 3 et 4 kilos.
En ce qui concerne la faim et de manière très étonnante, cela n’a pas semblé déranger vraiment.
Pour ma part, une fois démarrée, je n’ai plus eu faim. Jusqu’au bout ! J’ai même eu du mal à reprendre.
Ce qui prouve bien globalement que nous mangeons beaucoup pour de multiples raisons mais pas par faim le plus souvent !!

Quelques éléments supplémentaires

  • Le nettoyage du colon :

c’est un point important mais qui peut rebuter …
Dans le protocole que j’ai suivi, il est demandé de pratiquer une hydrothérapie du colon ou plusieurs lavements avant de démarrer le jeûne.
D’autres lavements sont faits également pendant le jeûne.
Nous aidons ainsi notre corps à éliminer des toxines et cela à la grande vertu de nous aider à ne pas avoir faim pendant le jeûne.

Comme le jeûne, le lavement est une pratique très ancienne que nous n’avons tout simplement pas appris à pratiquer.
Il suffit de bien vouloir essayer et vous verrez que finalement il n’y a pas de quoi s’inquiéter.

la croisée dans la Drome
  • Le calme, le silence et le repos :

Eh oui ! En profiter pour avoir ce temps pour soi.
Se recentrer, se reposer, baisser toutes les tensions, mettre les pendules à l’heure.
Etre conscient que d’arrêter de manger peut générer certaines tensions intérieures et que cela sera mieux vécu si l’environnement est propice.
Nous avions un temps de sieste tous les jours.

  • De l’exercice physique :

C’était un point d’inquiétude pour moi.
Nous faisions des ballades chaque jour. 2h ½ environ.
Le rythme de chacun était respecté et c’est important.
Je ne dis pas que cela a été toujours facile mais nous n’étions obligés de rien et ce libre choix permettait en réalité, je crois de se dépasser.
Sans compter l’effet groupe qui m’a été indispensable dans la semaine pour me soutenir.

En réalité, j’ai vraiment ressenti le bienfait à la fois d’être à l’extérieur à respirer et aussi à me bouger physiquement.
Le jour de ma crise d’acidose, cela m’a vraiment aidé à passer le cap plus facilement.
Sans compter que lorsque l’on ne mange pas, on a du temps et qu’il est important d’être occupé !!

Il est juste important de s’écouter (sans trop s’écouter…) et d’adapter le niveau d’exercice physique.

On peut associer des balades au grand air avec des pratiques plus douces type qi gong, relaxation etc…

  • Des soins corporels :

Nous avions « au menu » la possibilité de faire hammam, massages et réflexologie plantaire.
Le jeûne nous rapproche de notre corps et les soins corporels associés au jeûne sont un vrai délice.

Voilà pour une première !

Je suis rentrée fatiguée et j’ai mis trois jours à me remettre mais l’énergie et la satisfaction qui ont suivi valaient bien cet effort passager.
Je me sens à présent motivée pour le faire une fois par an.
Et en intermédiaire, se mettre au jeûne intermittent régulièrement.
Il s’agit alors de ne pas manger au minimum pendant 16 heures d’affilées.

Testez par vous-même !

Pour information :
Je me suis décidée à faire ce premier jeûne dans un cadre sécurisé.
Accompagné par des gens compétents ayant de l’expérience dans le domaine et avec la présence d’un médecin sur place.
J’ai choisi la fondation Kousmine France et la Croisée.
C’est un centre magnifique dans la Drôme où Hélène vous accueille (en binôme avec Monique) pour faire ces stages de jeûne  mais également pour vous enseigner la cuisine saine.
Nous étions 18 à jeûner ensemble cette semaine-là.

Si vous voulez en savoir plus sur le centre « La Croisée » et le déroulement du jeûne,
voici le lien :  site internet de La Croisée

Cet article a 1 commentaire

  1. ravie de connaître plus précisément ta bonne démarche, de communiquer tant d’enthousiasme et révéler les bienfaits du jeûne.
    j’aimerais mieux, aussi, un bon encadrement !
    merci, à bientôt
    Brigitte

Laisser un commentaire

Fermer le menu