De quoi nourrissez-vous votre corps ?

La Nutrithérapie

D’un point de vue sémantique, le terme de « Nutrithérapie » désigne le fait de se soigner par l’alimentation. C’est l’art de soigner le corps exclusivement au moyen de molécules normalement présentes dans l’organisme qui «parlent» le même langage.

La nutrithérapie consiste donc à :

  • Equilibrer son alimentation pour apporter au corps tout ce dont il a besoin.
  • Compléter, si c’est nécessaire, avec des compléments alimentaires pour aider à maintenir ou à rétablir cet équilibre lorsque celui-ci est compromis.

Les nutriments absorbés grâce à l’alimentation puis utilisés par les cellules appartiennent à deux grandes catégories :  

Pyramide alimentaire www.lanutrition.fr

Nous pouvons les comparer respectivement, de façon imagée, au matériel (hardware) et aux logiciels (software) d’un ordinateur.
La grande difficulté reste l’équilibre à trouver entre tous ces nutriments.

Il est important de souligner que les excès comme les carences produisent dans les deux cas un déséquilibre dans l’organisme entrainant des pathologies.

Notre apport énergétique habituel aujourd’hui est souvent majoritairement fourni par des aliments riches en « calories vides » tels que les préparations industrielles à base de farine blanche (pain, viennoiseries, pizzas, plats surgelés…) auxquelles sont ajoutés des additifs alimentaires (conservateurs, colorants…) que l’organisme va devoir traiter.

La densité en micronutriments des fruits et légumes a également fortement diminué due à de multiples facteurs : produits et méthodes utilisés dans le cadre de l’agriculture intensive, cueillette avant maturation complète ou bien encore procédés employés par l’industrie agroalimentaire tels que la cuisson a très haute température, le raffinage ou la stérilisation par irradiation par exemple.

Si l’on rajoute à cela les polluants des lieux de vie, de l’eau, la consommation de médicaments et le stress de la vie moderne, nous avons là un cocktail très grand consommateur de micronutriments. 
Notre organisme travaille inlassablement à rétablir du mieux qu’il peut l’équilibre vital qu’on appelle homéostasie et se trouve malheureusement débordé par l’ampleur de la tâche à accomplir. 

D’autres facteurs comme la diminution de l’apport alimentaire et/ou de sa qualité, l’augmentation des besoins de l’organisme (sport de haut niveau, grossesse), la mauvaise absorption intestinale ou encore l’augmentation des pertes dans l’urine sont autant de situations dans lesquelles l’organisme a besoin d’être aidé. 

Dans ces contextes, la nutrithérapie est une méthode à la fois préventive et curative.
La démarche thérapeutique centrée sur le conseil alimentaire et l’hygiène de vie de la personne travaille sur la correction des déficits et des excès. 
Il peut y avoir également conseil de supplémentation en vitamines, minéraux, acides gras essentiels, acides aminés appropriés, pour rétablir des conditions de santé optimale.

Les macronutriments, notre GPL : Glucides, Protéines, Lipides

Les Protéines

les Protéines , constituées d’acides aminés, sont des éléments essentiels de la vie de la cellule.

Elles jouent, entre autres, un rôle de structure (armature interne de nos cellules, collagène, tendons, ligaments, kératine…), une fonction de mouvement (contraction des muscles), de transport de substances chimiques dans le sang ou au travers de la membrane cellulaire.
Elles ont également un rôle important de régulation, la plupart de nos hormones étant des protéines et une fonction de défense en composant nos anticorps.

Les protéines dans l’alimentation sont :  

  • d’origine animale dans la viande, le poisson, les œufs, les produits laitiers,
  • d’origine végétale dans les légumineuses, les oléagineux, les céréales ainsi que dans les légumes et les fruits dans une moindre mesure.

Les Glucides

Les Glucides, aussi appelés Hydrates de carbone de par leur composition, nous apportent l’énergie immédiate et représentent l’essence de notre moteur.

Sous forme de glucose, sucre sanguin, c’est le combustible de choix pour un grand nombre de cellules dont celles du cerveau, grand consommateur.
Transformés par l’organisme sous forme de glycogène, ils ont un rôle de réserve énergétique dans le foie et dans les muscles.

Il existe plusieurs formes de glucides, les plus connus sont le saccharose (sucre blanc), le fructose (fruits), l’amidon (céréales, légumineuses, tubercules…).

Dans cette catégorie glucides, sont incluses les fibres alimentaires dont la présence est très importante dans le bol alimentaire.
Elles ne sont pas digérées à l’intérieur de l’intestin grêle et par conséquent aboutissent dans le colon (gros intestin).
Ainsi, Les fibres solubles (pectine, gommes végétales, mucilages, fibres d’algues) contribuent à abaisser le taux de cholestérol et ont aussi le pouvoir de ralentir l’absorption du glucose dans le sang, perturbant moins la glycémie.
Les fibres insolubles (cellulose, lignine) quant à elles, régulent la fonction intestinale en accélérant le transit intestinal tout en augmentant le volume des selles par leur pouvoir d’absorption de l’eau.
Toutes ces fibres se retrouvent dans les aliments d’origine végétale (légumes, fruits, noix et graines, légumineuses, céréales entières).

Les Lipides

Les Lipides représentent l’ensemble des corps gras.
Ils fournissent le moelleux et l’épaisseur de notre peau et constituent aussi notre réserve énergétique sous forme de triglycérides !
Ils ont aussi d’autres rôles biologiques spécifiques essentiels comme être les constituants des membranes cellulaires, être précurseur de plusieurs messagers intra et extra-cellulaires (dans le processus inflammatoire par exemple) ou encore transporter les vitamines liposolubles, A, D, E, K.
Parmi toutes les classes de lipides, intéressons-nous plus particulièrement aux acides gras.

acides gras saturés

Les acides gras saturés

Principalement dans les produits animaux tels que viande, charcuterie, beurre, lait, fromage…

…mais aussi dans certains produits végétaux tels que la noix de coco ou l’huile de palme.

 Les acides gras mono insaturés

…huile d’olive, huile de colza, avocat, noisette, amande, sésame, etc.

Les acides gras polyinsaturés

Les omégas-6 (huiles de tournesol, de mais, de soja, de pépins de raisin, de carthame, de germe de blé…) d’un côté, et les omégas-3 (huiles de lin, de noix, de colza mais aussi dans les poissons gras tels que saumon, sardines, maquereaux, thon…) de l’autre. 
Ces deux types d’acides gras polyinsaturés doivent impérativement être apportés par l’alimentation, nos cellules ne sachant pas les fabriquer.

 

sardines

Tous ces acides gras sont indispensables mais en proportion équilibrée les uns par rapport aux autres. 
Notre alimentation aujourd’hui nous apporte majoritairement des acides gras saturés et des omégas-6 et ce déséquilibre est la source de nombreux ennuis de santé.

Il est impossible de terminer ce résumé sur les lipides sans citer le cholestérol.

Ce lipide, malgré sa mauvaise réputation, est indispensable à notre organisme.
C’est d’ailleurs notre foie qui le fabrique à hauteur d’environ 80%, les 20% restants étant issus de notre alimentation. 
Le cholestérol est un composant majeur des membranes cellulaires. 
Il contribue à leur stabilité et au maintien de leurs structures.
Il est en outre précurseur de la vitamine D et des acides biliaires ainsi qu’impliqué dans la synthèse d’hormones (cortisol, aldostérone, hormones sexuelles..).

Là encore l’équilibre est à trouver.

Le cholestérol alimentaire se trouve uniquement dans les aliments d’origine animale : abats, jaune d’œuf, gras du lait, viande, volaille, produits de la mer et d’eau douce, crème, beurre, fromage et bien sûr dans toutes les préparations utilisant ces aliments (pâtisseries, viennoiseries…)

Les micronutriments

Les vitamines

Les vitamines (A, B, C, D, E, K), bien que n’ayant aucune valeur énergétique, les vitamines sont indispensables à la plupart des réactions biochimiques responsables de la vie cellulaire.

Elles sont dites essentielles car l’organisme ne peut les synthétiser lui-même (en dehors de la vitamine D) et doivent donc être fournies par l’alimentation. 
En leur absence, les lipides, glucides et protéines sont inutilisables.

Les minéraux

Les minéraux (sels minéraux et oligo-éléments) sont des catalyseurs des réactions chimiques c’est à dire qu’Ils facilitent les fonctions biologiques en diminuant le temps et l’énergie nécessaires à leur réalisation.

Ils servent aussi de monnaie d’échange entre les cellules. 
Certains sont utilisés comme éléments de la structure osseuse, d’autres contrôle la répartition de l’eau de part et d’autres de la membrane cellulaire.

Ils sont pour la majorité d’entre eux impliqués dans plusieurs réactions métaboliques différentes aussi variées que la synthèse d’hormones, la lutte contre le stress oxydatif, la duplication des cellules, le métabolisme de l’insuline etc…

Ces minéraux répondent aux noms de : Calcium, Phosphore, Chlore, Potassium, Sodium et Magnésium pour ceux présents en quantité importante dans l’organisme. De leur côté, le Cuivre, Zinc, Sélénium, Fer, Manganèse, Silicium, Chrome, Iode, etc… sont présents en quantité infime d’où leur dénomination d’oligo éléments ou éléments traces. 
Pourtant malgré leur petitesse, ils sont essentiels pour favoriser la croissance, le maintien et la reproduction de l’organisme.

Les Vitamines et les Minéraux sont en grande quantité dans les légumes et les fruits et on en trouve également dans les protéines animales, végétales, et les céréales complètes.

Fermer le menu